Le film sur l’ouvrage franco-suisse cartonne

Jean-Pierre Molliet

Si le barrage du Châtelot m’était conté : l’épisode IV rattrapé par l’actualité !

 

Notre feuilleton retraçant la construction du Barrage du Châtelot est rattrapé par l’actu ! Les 30 et 31 mars au cinéma du Noirmont, le documentaire du duo chaux-de-fonnier Amandine
Kolly et Marcel Schiess a fait salle comble. Thierry Grosjean, ancien conseiller d’État et président des Forces motrices du Châtelot a rappelé l’historique de l’ouvrage inauguré en 1953. Il a mis en évidence les interrogations actuelles des responsables.

« La concession des trois barrages de la Goule, du Châtelot et du Refrain arrive à terme respectivement en 2024, 2028 et 2032. Qui pourra utiliser cette force hydraulique après ces échéances ? Nous avons une responsabilité sociétale ici. Il ne faut pas laisser s’échapper nos acquis à des sociétés de l’autre bout du monde. Il faut conserver nos ouvrages. »

Le débat qui a suivi le film a réuni des personnalités venues de Neuchâtel, du Jura et de Franche-Comté, dont le ministre jurassien de l’Environnement David Eray et l’ancien ministre Jean-Pierre Beuret.

Un constat unanime : les discussions futures doivent être ancrées sur une véritable coopération transfrontalière.

« Le Barrage du Châtelot, une entreprise, des hommes, un paysage », film produit par le Forum transfrontalier Arc jurassien sera projeté le 28 avril prochain à l’antenne de Morteau de l’Université ouverte de Franche-Comté, puis le 1er juin 2022 au Cinéma L’Atalante à Morteau, et le 8 juin à 18 h 15 à l’ABC à La Chaux-de-Fonds.

Une photo somptueuse du barrage, signée Amandine Kolly, qui a réalisé le film avec Marcel Schiess. (photo AK).
Une photo somptueuse du barrage, signée Amandine Kolly, qui a réalisé le film avec Marcel Schiess. (photo AK).

Découvrez nos autres articles

Etudiant à l’ECAL, il réalise 20300 BLUES dans sa ville. Un décor à ciel ouvert. Notre ville et son urbanisme horloger offrent des scènes