Un concert de Carrousel comme un tour de manège

Justin Paroz

Le touchant duo est en concert ce soir au Théâtre des Abeilles. Laissez-vous embarquer !

A la fois tendres et énergiques, amoureux de la scène, Léonard Gogniat et Sophie Burande forment le duo franco-suisse à succès Carrousel. A écouter ce vendredi au Théâtre des Abeilles, après Bikini Test en 2015. Rencontre avec deux amoureux de la région, établis à Courtételle, que la musique à fait se rencontrer – et s’unir ! – sur une terrasse de Provence.

 

– Vous jouez à la maison…

– On a l’habitude de tourner, mais des dates à la maison, c’est différent. Comme quand on joue pour ses amis ou sa famille, il y a un peu de trac en plus. Mais cette pression est saine et stimulante. On aime découvrir des salles comme ce Théâtre des Abeilles. Sentir l’athmosphère, imaginer le public dès les premiers tests sons, avant de le rencontrer, de sentir ses émotions. Surprendre, c’est ce qui nous donne envie de jouer.

 

– Votre musique, tendre et énergisante, à l’image de la région

– Elle reflète surtout nos caractères optimistes et nos personnalités. On se lève toujours le matin avec cette envie de voir le verre à moitié plein. Et c’est vrai qu’on ne vit pas dans cette belle région par hasard !

 

– 24’000 écoutes par mois sur Spotify, 5 albums, Carrousel cartonne ! 

– Difficile d’évaluer le ressenti des gens qui nous écoutent en streaming ; c’est très abstrait pour nous, qui sommes plutôt dans le concret : les échanges à la fin des concerts, voir les gens heureux… La scène est essentielle : on écrit des chansons en se projetant déjà en train de les jouer devant notre public, les partager, sentir ces émotions palpables. On est moins fans de les enregistrer en studio (rires). Avec la pandémie, on a vraiment ressenti un manque, aussi physique, et pas que de notre côté.

 

– Vos enfants jouent de la musique ?

– Si on peut appeler ça de la musique (rires) ! À la maison, il y a plein d’instruments, donc ils sont plus curieux de ce qu’ils ne connaissent pas. Le grand aimerait faire de la batterie… nous n’en avons pas ! 

 

Vendredi 4 novembre, 20h30, Théâtre des Abeilles.

Sophie et Léonard vibrent pour leur musique (Photo : G. Schwimmer)
Sophie et Léonard vibrent pour leur musique (Photo : G. Schwimmer)

Découvrez nos autres articles

Etudiant à l’ECAL, il réalise 20300 BLUES dans sa ville. Un décor à ciel ouvert. Notre ville et son urbanisme horloger offrent des scènes