Barca Nostra : cruellement d’actualité

Justin Paroz

La fin de la trilogie de François Cattin chante le périple de migrantes perdues en mer.

Barca Nostra. Un opéra de chambre, un navire, une réalité cruelle : celle de la migration, souvent forcée, vers la « forteresse Europe ». Le dernier volet de la trilogie signée par François Cattin s’inscrit dans la lignée du concert T(AIR)E et de l’installation M(ÈRE)E. « Tous traitent du courage de partir, du voyage et d’une obligation de désobéir pour survivre », précise le compositeur. 

« Le spectacle raconte un événement troublant, et qui malheureusement se reproduit sans cesse. » Qui s’en souvient ? Le 29 juin 2019, le SeaWatch débarque 42 migrants récupérés en mer à Lampedusa (I). La capitaine Carola Rackete y est accueillie par des policiers. Elle est même raillée par le ministre de l’intérieur italien qui lui avait interdit ce sauvetage.

A la veille de la première de Barca Nostra, l’histoire s’est répétée : vendredi 11 novembre, 234 migrants ont débarqué d’un bateau humanitaire à Toulon, après un affrontement diplomatique entre Rome et Paris.

« Le sujet reste hélas brûlant d’actualité. Depuis que nous avons commencé les répétitions, plus de 2’000 personnes sont mortes dans la méditerranée… », souligne François Cattin. Dont le spectacle invite à la réflexion, « à travers une discussion entre ce que nous choisissons de faire ou pas, sans jugement. »

La traversée se fait en musique avec Calliope, l’ensemble vocal féminin du Conservatoire de musique neuchâtelois, qui fête ses 30 ans. « J’ai écrit la pièce pour elles, ouvrant ainsi une réflexion supplémentaire sur la place des femmes, leur manière de s’approprier l’espace partagé », conclut François Cattin. 

Précision : la barque Barca Nostra est déjà pleine. Les cinq représentations affichent complet. Mais il y aura une liste d’attente aux caisses, une demi-heure avant le début du spectacle.

 

Les 22-23-25-26 nov. à 20 h 30, le dimanche 27 nov. à 17 h 30, Temple Allemand. 

L’ensemble Calliope embarque son public dans un récit au cœur de l’exil, et de ses tragédies cruellement actuelles. (Photo : sp)
L’ensemble Calliope embarque son public dans un récit au cœur de l’exil, et de ses tragédies cruellement actuelles. (Photo : sp)

Découvrez nos autres articles

Etudiant à l’ECAL, il réalise 20300 BLUES dans sa ville. Un décor à ciel ouvert. Notre ville et son urbanisme horloger offrent des scènes