Madame H2O prône le respect de l’or bleu

Qualité, quantité, sobriété ! Marta Cassaro Hainard, gestionnaire secteur qualité eau chez Viteos, surveille nos réseaux de près.

Elle est Madame H2O chez Viteos.  En collaboration avec le Service des eaux, Marta Cassaro Hainard fait en sorte que l’eau que nous consommons chaque jour soit conforme aux exigences définies en Suisse. Docteure en biologie et titulaire d’un master en écologie, la Brésilienne arrivée en 2003 à Neuchâtel, et depuis installée dans la Métropole horlogère, n’a qu’un mot d’ordre : « l’eau est précieuse et doit être économisée, même en Suisse, château d’eau de l’Europe ! » Vraiment ? Le lac n’est-il pas assez grand ? Rencontre et décryptage du réseau du Canton. 

 

– Madame H2O, ça consiste en quoi ? 

– L’essentiel de mon travail consiste en l’analyse de risques tant sur la qualité que sur la quantité d’eau et à élaborer des plans d’action et de surveillance pour les éliminer ou les maintenir sous contrôle. Je veille à ce que l’eau réponde aux exigences légales. C’est une denrée alimentaire qui doit être très sérieusement contrôlée. La gestion de l’eau est soumise à un manuel d’autocontrôle qui décrit et documente toutes les procédures pour assurer une qualité irréprochable. L’équipe de la production eau vérifie et optimise ces procédures depuis les conduites de transport jusqu’aux réservoirs des villes. Aidés par des appareils de mesure en continu, nous veillons à différents paramètres, par exemple que la concentration en chlore soit maintenue à 0,1 mg/l à la sortie des réservoirs. Les réservoirs sont vidés et nettoyés une fois par année. Si l’eau n’est pas conforme, je dois déterminer ce qu’il faut faire et maintenir à jour la documentation. 

 

– Par où transite l’or bleu ?

– Une conduite achemine l’eau depuis les sources de l’Areuse – sises sur des terrains dont la Ville de La Chaux-de-Fonds est propriétaire –, jusque dans les 5 réservoirs de 750 à 5’500m3 de la ville : Foulets, Vuillème, Mont Cornu, Pouillerel et Plaisance. L’eau ne doit y être stockée plus que 3 jours, il faut donc une bonne gestion. 

Nous pouvons toujours compléter avec l’eau du Sivamo (Syndicat intercommunal pour l’alimentation en eau du Val-de-Ruz et des Montagnes neuchâteloises) – on peut remercier ses créateurs ! –, qui est alimenté par d’autres sources de l’Areuse, propriétés de la Ville de Neuchâtel, et par l’eau du lac. Cet été, nous avons pompé jusqu’à 60% de l’eau consommée à La Chaux-de-Fonds en recourant au Sivamo ! 

 

– À quoi faut-il veiller ?

– Les risques de contamination  sont nombreux. L’un d’entre eux est lié aux chantiers. Des précautions doivent être prises pour éviter toute contamination. Des analyses sont effectuées avant la mise en service et le feu vert n’est donné que si les résultats sont conformes. 

 

– Le Locle, qui dort sur l’eau, doit-il aussi l’économiser ?

– Évidemment ! Oui, Le Locle vit « sur l’eau », leur réserve semble inépuisable, mais Les Brenets sont alimentés plus par le Sivamo que par ses propres propres sources. Les villes ne manquent pas d’eau, mais nous devons en prendre soin, car ce n’est pas dit que ça dure. Il y a une pression gigantesque sur sa qualité et nous vivons déjà les premières tension du marché de l’eau. Les sources de l’Areuse et le lac sont une chance, mais les villes peinent à réagir rapidement lors des périodes sèches comme cet été… De plus, avec le changement climatique, les sécheresses sont plus longues et commencent plus tôt. 

 

 -Jusqu’à quel point l’eau usée est-elle réutilisable ?

– Avec un système efficace nous pourrions théoriquement réutiliser l’eau usée à l’infini, mais il faut surtout assurer le maintien des ressources, et éviter que des pollutions, telles que par micropolluants, par exemple, arrivent. 

 

– Des gestes simples à adopter ?

– Rien de très nouveau depuis 50 ans. Il faudrait vraiment commencer par bannir les bains, écourter sa douche, bien remplir son lave-vaisselle avant de l’enclencher, réparer les robinets et les chasses d’eau qui coulent. Même si ce ne sont que des petites fuites, à la fin de la journée, l’eau gaspillée est importante. Votre eau a un goût de chlore ? Laissez-la 1h à l’air. Référez-vous au site de Viteos sur les économies d’eau et d’énergie. A terme, il faudra aussi réfléchir à séparer l’eau que nous buvons de celle des sanitaires, qui n’a pas besoin d’être potable. L’eau est vitale et en conclusion, il faut réapprendre à la consommer avec respect et sagesse. 

 

viteos.ch/economie-energie

Cette page éco-durabilité est réalisée avec le soutien de :

Marta Cassaro Hainard. Mme H2O de Viteos, devant le réservoir des Foulets. Que d’eau ! A économiser. (Photo : Le Ô)
Marta Cassaro Hainard. Mme H2O de Viteos, devant le réservoir des Foulets. Que d’eau ! A économiser. (Photo : Le Ô)

Cette page éco-durabilité est réalisée avec le soutien de :

Découvrez nos autres articles

L’ascension fulgurante de la verte Ilinka Guyot Depuis le 27 juin, Ilinka Guyot occupe les fonctions de cheffe du dicastère de la jeunesse, des
Réalisée grâce au travail d’un collectif provenant de bénéficiaires de l’aide sociale, l’œuvre vient d’être présentée à un public venu en nombre dans l’atelier