Discours et témoignages ouvrent la voie aux femmes

Anthony Picard

Le Grand Temple fait salle comble. Plus de 200 personnes assistent au vernissage de Voix de femmes

L’association Belles Pages a recueilli les témoignages de 10 femmes au chemin de vie particulier. Afin que ceux-ci puissent servir, les récits rédigés par Nicole von Kaenel sont livrés sous la forme d’un livre, d’une exposition itinérante et d’un site internet.

 

Parmi ces 10 femmes aux destins aussi riches que différents, celui de Thérèse -présente le jour du vernissage- raconte une partie de l’histoire de cette victime de la guerre qui a fui les bombes au Burundi pour trouver refuge à Genève en 1994.

Autre chemin de vie, celui de Sayanthini installée à la Chaux-de-Fonds depuis 1997 qui a dû faire preuve de patience et d’abnégation pour rejoindre les Montagnes. Lors de sa première tentative avortée, elle se retrouve sans papier d’identité – les passeurs lui avaient conseillé de les détruire- dans les geôles des douanes de l’aéroport de Paris avant d’être refoulée vers le Sri Lanka. A l’époque, cette jeune femme qui fuyait la guerre était, sur arrangement entre parents, sur le point de faire connaissance d’un compatriote établit à La Chaux-de-Fonds pour l’épouser. Deux ans plus tard, elle tente l’aventure une nouvelle fois via l’Allemagne avant d’atterrir à Zürich. Sayanthini qui aime la Suisse ne peut s’empêcher d’évoquer avec nostalgie son arrivée en Suisse « au Sri Lanka, le ciel est bleu, le soleil brille et la vie s’articule autour des plaisirs de l’âme ; lors du trajet effectué avec un ami de mon futur mari, quelle ne fut pas ma surprise de voir les flocons de neige tomber à St-Imier ; quel dépaysement ; tout était gris ! »

Mariage de circonstance devenu mariage de cœur, le couple est aujourd’hui parent de trois enfants et vit au centre-ville. Passées les difficultés d’acclimatation et celles de l’apprentissage du français, Sayanthini Karunakaran travaille dans un home, veille à sa famille et préside depuis peu une association tamile. Reconnue en 2022 par le Canton qui lui a décerné le prix « Salut l’Etranger », Sayanthini qui rayonne de bonheur malgré le choc culturel séparant Colombo de la Chaux-de-Fonds confie dans le livre « si je m’écoutais, je partirais pour un long voyage en Inde afin d’y visiter les temples hindous ».

Que ce soit au travers des panneaux de l’exposition, dans le livre ou sur la toile, vous apprendrez au fil de leurs expériences, à mieux connaître les destins de 10 femmes au parcours atypique.

Soulignant le destin des femmes victimes de conflits ou qui subissent l’oppression en Iran et en Afghanistan, la Conseillère d’Etat Florence Nater d’ajouter « celles qui s’en sortent ne doivent pas masquer le sort des femmes persécutées au quotidien ».

Après avoir sillonné la Suisse romande, le Grand Temple accueille l’exposition.

Merci à Sandrine Keriakos Bugada, déléguée à l’intégration et à la cohésion sociale de la Ville, de nous offrir l’opportunité de nous informer.

 

A découvrir au Grand Temple du mardi au samedi de 15h30 à 18h30, jusqu’au 25 février 2023

(Photo : ap)
(Photo : ap)

Découvrez nos autres articles

Les cimetières aussi peuvent mourir. – Tu viens à l’enterrement du cimetière des Eplatures ? – Il est mort ? – Ouais. Y avait plus âme
Mon médecin de famille, à l’époque où il y en avait encore, me disait toujours : « Les vitamines, c’est dans l’assiette. » Comme il avait raison.
Test en voiture pour contourner le Grand-Pont fermé. C’est « moins pire » que prévu… « Regarde la file de voitures sur Morgarten. Sur cette rue actuellement