Dernier roman de Jean-Pierre Bregnard Des « Traversées » houleuses

François Nussbaum

Le livre est déjà en ligne mais la parution sur papier a été inaugurée hier à la librairie Méridienne. C’est le dernier roman de Jean-Pierre Bregnard : Traversées. Où, à partir d’une énigme encore en projet, il nous plonge dans la construction d’une histoire. L’auteur y participe activement, mais il est bousculé par l’actualité, par une lectrice qui n’a peur de (presque) rien, par les règles de l’écriture elle-même. Bref, rien n’est simple, sauf le style qui est limpide et direct.

On passe ainsi d’un appartement genevois, lieu de l’élaboration du roman, à la Mer Egée, où des pirates grecs, racistes et violents, s’activent à couler les embarcations de migrants venant des côtes turques. Pour une rescapée, l’heure de la vengeance approche. Mais, là non plus, rien n’est simple. A tel point que l’auteur, au milieu du livre, décide de tout reprendre à zéro, mais en gardant l’atmosphère d’une «mise en abîme» générale.

Déroutant ? Moins qu’il n’y paraît : on s’y retrouve.

Ces «Traversées» sont disponibles en librairie au prix de 20 francs, ou en ligne, gratuitement (editionssurlehaut.com).

Découvrez nos autres articles

Si la Marche du 1er Mars constitue un événement d’importance cantonale à la fois festif, sportif et convivial, la Mère commune sera également au