Deprima, la nouvelle caisse, tout en sapin

Vincent Kohler

Et boum. Ça y est. C’est décidé, je change de caisse. Pas la Surviva mais la Deprima.

Une nouvelle caisse maladie en sapin, à monter soi-même. Quatre planches, 5 clous, 3 coups de marteau, avec un des épicéas du Chapeau Râblé, moins cher, un vieux centenaire qui n’aura pas résisté. Trop vieux pour tenir tête au marché boursier, aux lobbyistes de la Coupole, aux placements financiers, à l’augmentation des primes. Comme toujours, rien de nouveau. Chaque année, je change de caisse. Mon chat aussi mais c’est chaque semaine. La cause ? Cause toujours. Chacun y va de son mea culpa, de son impuissance, à regret. Car l’impuissance des politiques se traite grâce aux petites pilules bleues fabriquées par les Pharmas dont les bénéfices semblent gonfler plus vite que leur morne appendice encravaté, engoncé dans leurs petites certitudes pleutres.

Il faut réduire les coûts. Moi, les coups, je les encaisse. Depuis des années. Le sparring-partner des caisses maladie qu’on m’appelle. Là, je peux plus payer. La santé a grevé tout mon budget. Entre les hausses du prix du panier du ménager (on ne doit plus dire de la ménagère, ça fait désordre), de l’électricité, de l’incompétence des élus payés par le divin impôt, l’augmentation des températures mais le gel des salaires, on crache au bassinet comme un tuberculeux rachitique.

Il faut trouver un bouc émissaire. Nous. C’est clair. C’est de notre faute si on est trop malade. Surtout les Romands. Et puis les vieux. Ça, ça coûte cher. Surtout vers la fin. Dès qu’on rapporte plus, on coûte, c’est comme ça que ça fonctionne au pays des banques, c’est bien connu. Pour réduire les coûts de la santé, faut être en bonne santé, prendre soin de soi. J’ai arrêté de fumer, de boire et je me suis divorcé. Les trois grandes causes de maladie. Bientôt l’UDC et le PLR, deux grands partis Low-cost (les autres n’ont pas grand-chose à leur envier) vont proposer une nouvelle initiative pour endiguer les coûts : tuer les vieux à la naissance. Comme ça, on n’en parle plus.

Maintenant, je vis avec ma mère qui en a nonante et plus pour très longtemps, je deviens proche aidant pour payer mes primes. Je me demande qui va partir en premier. A propos de départ, j’espère que Kurth arrivera à payer la sienne de prime. Une prime en paie une autre. Santé.

Découvrez nos autres articles

Si la Marche du 1er Mars constitue un événement d’importance cantonale à la fois festif, sportif et convivial, la Mère commune sera également au