Sous mon sapin

Vincent Kohler

Ça y est, ça arrive.

L’eau monte. Les familles sont en effervescence, la question est sur toutes les lèvres alors que les premières neiges recouvrent les derniers espoirs d’un été en décembre, on glisse irrémédiablement vers l’inéluctable : qui voudra bien organiser Noël cette année ?

Et là, dans un fracas assourdissant rappelant celui de la chute de l’escabeau d’une grand-maman allant chercher son carton de boules de Noël au galetas, un grand silence s’installe résonnant en écho dans le vide intersidéral de notre cerveau paniqué : « Pas moi ! Par pitié, pas moi ! » Ne nous laissant finalement pas la moindre chance d’échapper au come-back immuable du petit Jésus qui, ma foi, a pris un sacré coup de vieux aussi. Un peu comme Brigitte Bardot à qui l’on peut donner ce petit conseil : « Plutôt en fourrure que nue ! »

En vérité, ce n’est pas une mais trois questions qui vont égayer cette féérie de Noël, histoire de nous faire oublier un instant qu’on va devoir se les reposer dans une année : chez qui, avec qui et quoi ! Avec leur lot d’interrogations annexes : foie gras ou Parfait ? Chinoise ou raclette ? Morilles ou Condylome ? Crème vanille ou Canestene ?

Et il y a le budget cadeaux pour ceux qui n’ont pas leur 13e ! Le classique « que pour les enfants » mais quand même une bouteille et un carré Hermès, ça fait toujours plaisir mais que c’est chiant puisqu’on avait dit « pas les adultes » ou le tirage au sort avec cette terrible tragédie de la perte du billet : « J’avais tiré qui déjà ? » ça fait trop longtemps pour m’en souvenir.

Petite astuce pratique : Attendez le derniers moment avant d’acheter les cadeaux pour vos aînés et surtout gardez le ticket ! Un coup de froid est vite arrivé, une glissade impromptue sur une plaque de verglas pouvant à ces automnes tardifs être décisive quant au nombre de couverts comme de présents à déposer sous le sapin. Sale période… En plus, on a perdu tout l’héritage de grand-maman qu’on avait placé au Crédit Suisse. -On ne l’avait pas placée à Landeyeux ?

Pas trop emballé à l’idée de faire des cadeaux finalement. Mais on va bien se fendre la gueule.

 

Découvrez nos autres articles

Si la Marche du 1er Mars constitue un événement d’importance cantonale à la fois festif, sportif et convivial, la Mère commune sera également au