Léo Braillard : « Une fierté d’avoir joué ces Mondiaux M20 ! »

Alireza Baheri

Sous le maillot national, il a marqué un but en Suède. Récit du tournoi par le jeune attaquant exilé au Canada

À 18 ans, Léo Braillard vient de jouer les Mondiaux M20 de Suède. Après avoir passé la phase de groupes, l’équipe de Suisse s’est inclinée 3-2 a.p. en quart de finale contre les Suédois, au final vice-champions. Avec un but inscrit, le joueur formé au HCC et au HC Bienne a été un élément clé du sélectionneur Marcel Jenni. Exilé depuis deux ans au Canada, où il fait ses armes dans le club des Hurricanes, l’attaquant revient sur ce tournoi à Göteborg qui restera gravé dans sa mémoire.

– Votre bilan ?
– Une superbe expérience. Jouer dans un championnat de haut niveau en junior et pouvoir affronter la Suède avec 12 000 personnes contre toi, c’était juste incroyable ! Nous avions une bonne équipe. Même si la barrière de la langue séparait Romands et Alémaniques, nous avons réussi à bien nous entendre et cela s’est vu sur la glace. La preuve : nous sommes allés aux prolongations contre la 2e équipe du tournoi. Nous voulions être la surprise, et cela ne s’est pas joué à grand-chose. On remettra ça l’an prochain. Je suis content de ma performance. Le coach en attendait beaucoup de moi et j’ai su répondre présent. J’ai marqué un but ce qui m’a comblé de plaisir.

– Pas trop de nervosité ?
– J’ai eu un petit stress au début du tournoi. Mais j’arrive plutôt bien à le gérer. Si je suis nerveux avant les matchs, cela disparaît dès que je rentre sur la glace. Je me focalise sur mon jeu, je reste concentré et je garde la tête sur les épaules.

– Porter le maillot national à 18 ans…
– C’est une grande fierté ! J’ai déjà représenté mon pays aux Mondiaux M18. Mais là, c’était tout différent. Le tournoi est plus relevé et plus réputé. D’y avoir participé, c’est une chance incroyable.

– L’équipe nationale chez les « grands » ?
– C’est l’objectif de tous les joueurs, c’est sûr ! Cela va demander beaucoup de travail. Mais on verra ce que l’avenir nous réserve !

Découvrez nos autres articles

Si la Marche du 1er Mars constitue un événement d’importance cantonale à la fois festif, sportif et convivial, la Mère commune sera également au