Collège musical et MIH à l’unisson

Robert Nussbaum

Chroniques des festivités d’un centenaire et d’un cinquantenaire

Ce n’est pas avec tambours et trompettes que le Collège musical, centenaire cette année, et le Musée international de l’horlogerie, depuis cinquante ans dans son écrin, ont annoncé mardi leurs jubilés. Mais avec les éclats sonores et les murmures graves du trombone de Samuel Blaser, jazzman chaux-de-fonnier de renommée internationale et… ancien élève du Collège musical.

Alors que ces deux institutions phares de la Métropole horlogère prévoient toutes deux des publications, on peut dire déjà à propos du Collège musical (CM) qu’il est la première école de musique de la ville, comme l’a dit le conseiller communal Théo Bregnard. Et que sa particularité est de ne pas avoir de locaux, les leçons de musique ayant lieu dans les collèges. « Les élèves peuvent sortir d’une leçon de maths et aller à celle de musique », pour reprendre un mot du président de la commission du CM Patrick Jobin. Pour la directrice Nathalie Dubois, la spécificité du CM c’est aussi l’écolage proportionnel aux revenus des parents, avec même des bourses. « C’était complètement novateur. »

Le MIH lui ne fête pas son centenaire à proprement dit – il a été fondé en 1902 – mais le cinquantième anniversaire de son installation sous le parc des Musées. C’est en fait la fête de sa construction en béton, par l’architecte chaux-de-fonnier Georges-Jacques Haefeli et son collègue Pierre Zoelly, qui sera célébrée, a précisé le conservateur Régis Huguenin. D’où le titre de l’expo inaugurée le 23 mars : Brut. 50 ans d’écrin monumental.

Parmi les événements, un vernissage « monstrueux » de l’expo, en même temps qu’une cérémonie des acquisitions et dons du musée « qui fera date », a juste laissé entendre le conservateur. Collaborations en vue aussi avec entre autres La Nuit de la photo, le Club 44, la Turlutaine…

Concernant la série de concerts du CM, à préciser qu’ils sont gratuits, en principe d’une heure, de 11 h à 12 h (chez les horlogers, il faut être précis), avec apéritif offert. Il y en aura neuf jusqu’à la fin de l’année, des samedis de fin de mois en principe, sauf en mai (Fête de mai oblige où le CM sera sur scène), juillet et août pendant la pause estivale. Avec des programmes pour tous les goûts : chanson, jazz, duo improbables (hautbois et accordéon), musique de chambre, piano classique ou pièce d’ensemble minimaliste. Tous les musiciens sont des anciens du CM et des professeurs, anciens ou actuels.

Samuel Blaser inaugure ce samedi à 11 h au MIH les concerts apéritifs, avec les batteurs Yannick Oppliger et Vincent Boillat. Une ouverture avec tambours… et trombone !

 

Devant une fresque de Hans Erni, Régis Huguenin, Théo Bregnard, Nathalie Dubois, Samuel Blaser et Patrick Jobin. (Nussbaum)
Devant une fresque de Hans Erni, Régis Huguenin, Théo Bregnard, Nathalie Dubois, Samuel Blaser et Patrick Jobin. (Nussbaum)

Découvrez nos autres articles

Si la Marche du 1er Mars constitue un événement d’importance cantonale à la fois festif, sportif et convivial, la Mère commune sera également au