Capitale culturelle suisse : jolie coquille à remplir !

Giovanni Sammali

La mise au concours des postes de direction, générale et artistique, ouvre une nouvelle phase. Le concept CCS plaît. Place aux projets !

Transmission de la présidence, recrutement d’une direction générale et d’une direction artistique : après deux ans de préparation, le projet de Capitale culturelle suisse cherche des carrures pour piloter la suite des manœuvres de cet énorme paquebot, attendu à son port d’attache chaux-de-fonnier pour 2027. L’appel à candidatures s’arrête au 16 février. Les nouvelles têtes qui succéderont à Anouk Hellmann à la présidence et qui empoigneront la direction vont devoir négocier une période charnière. Entre poursuite des recherches de financements privés et surtout appels à projets. Car la jolie coquille est encore vide. Le point avec Olivier Schinz, chef de projet et Tribune du Haut de Anouk Hellmann.

Le financement de la manifestation qui vise un million de visiteurs dans la Métropole horlogère en douze mois, est en voie d’être consolidé. Le budget de 18 millions doit être couvert à hauteur de 2,5 millions par les partenaire public, à savoir ville, canton et Confédération ; 7,5 mios par des partenaires privés. Un premier sponsor à 1,5 millions de francs a déjà été annoncé
il y a quelques mois. Et depuis ? « Les contacts sont bons, le projet rencontre un très bon accueil. Plusieurs sponsors se sont déjà dits partants. Mais ils veulent attendre d’en savoir plus sur le programme et les projets, pour voir à quels éléments se rattacher. »

Des rendez-vous grandioses et populaires sont promis. « Et après ces événements, on “fera Chaux-de-Fonds” ! », image Olivier Schinz, reprenant l’expression sur la coutume chauxoise de rester à table pour prendre le café, à l’inverse de la bourgeoisie du Bas qui passait au salon.

Reste un programme de douze mois à remplir, voilà pourquoi direction générale et direction artistique doivent être nommées dès ce printemps : il s’agit de garantir les appels à projets dès janvier 2025 pour une édition réussie en 2027.

Mais pour poursuivre le compte à rebours, les demandes de crédits seront adressées l’automne prochain aux deux législatifs (ville et canton). La Confédération va préciser son soutien dans le message culture 2025-2028 soumis au Parlement incessamment. Il permettra d’ancrer l’envergure nationale du projet dont les objectifs, la vision et les enjeux sont partagés.

Appellation d’origine validée !
Bâle a toussé quant à l’appellation de Capitale culturelle suisse, notamment par Beat Jans, devenu depuis conseiller fédéral. Mais Olivier Schinz n’est pas inquiet. « L’association Capitale culturelle suisse a eu la sagesse de demander à la Confédération une validation officielle. Les Bâlois se sont autoproclamés capitale culturelle, sans consulter personne. »

Comme annoncé à son engagement en novembre 2021, Anouk Hellmann, actuelle présidente de l’association, passera le flambeau lors de l’assemblée générale du 12 mars 2024.
Olivier Schinz, muséologue, ancien du Musée d’ethnographie de Neuchâtel qui a signé notamment la muséographie du Musée des civilisations à La Chaux-de-Fonds, sera-t-il candidat à la direction générale ? Il oppose un no comment poli à cette question légitime. Réponse le 16 février !

 

Olivier Schinz, chef de projet. (dr)
Olivier Schinz, chef de projet. (dr)

Découvrez nos autres articles

Si la Marche du 1er Mars constitue un événement d’importance cantonale à la fois festif, sportif et convivial, la Mère commune sera également au