Ludesco joue tout son patrimoine !

Robert Nussbaum

En mars, le festival de jeux chaux-de-fonnier Ludesco voit très grand. Avec plus de jeux et d’animations, il envahira en particulier des monuments du patrimoine chaux-de-fonnier

Prenez note : Ludesco, le plus grand festival en Suisse de jeux et d’expériences ludiques de toutes sortes aura lieu le week-end du 15 au 17 mars, pour cinquante-cinq heures de fun non-stop. Son programme est en ligne, avec plus de quatre-vingts animations et mille huit cents jeux à disposition. « Chaque année on en achète, mais on ne jette rien de notre collection », explique la coprésidente Noémie Pfiffner.

La première nouveauté de cette 15e édition, c’est une collaboration plus intense avec la ville de La Chaux-de-Fonds, qui met à disposition, en plus de la Maison du peuple, cœur très nerveux de la manifestation, aux moins deux de ses fleurons d’Art nouveau : la villa Fallet d’avant Corbu et le salon bleu de l’atelier d’horlogerie Spillmann. Dans la première aura lieu un « Mysterium live », où les participants devenus médiums devront deviner qui a assassiné le revenant. Chez Spillmann, le bateau-casino Santa Clara voguera dans les esprits. Il y aura aussi « un atelier d’écriture GN (grandeur nature) et Murder ».

Mais ces deux sapins Art nouveau ne doivent pas cacher la forêt des activités de Ludesco 2024, qui se déroulera dans une dizaine de lieux (y compris Notre-Dame de la Paix et le cinéma Plaza). Quelques exemples parmi les nouveautés : « Panique à Farel » au temple du même nom, une escape room parmi plein d’autres, ou une partie de pétanque finlandaise, le « Mölkky », devant la Maison du peuple, ou encore « Un monstre dans le Léman », jeu d’enquête de la RTS à L’Amuse-bar. Pour la première fois toujours, un autre nouveau lieu est investi par Ludesco en manque de place, le bâtiment entier du CPNE de Serre 62, qui sera entre autres la maison des éditeurs de jeux, une première aussi.

Avec tout ça, on n’a pas parlé des mille huit cents jeux, ni du record du monde des vingt-quatre heures du bilboquet tenté par Toy Man et le public (un retour), ni de la partie d’échecs simultanée du maître français Etienne Bacrot, contre vingt-cinq joueurs, s’ils en ont le courage… Avec espace enfants, même de 0 à 3 ans, (au Club 44), tentes de démonstration gratuites sur la rue de la Serre, jeux pour malvoyants, parties en allemand ou en italien, Ludesco joue l’ouverture la plus large possible et attend dix mille participants, comme avant le covid. Faites vos jeux ? Pas besoin, tous sont gagnants, pour le plaisir en tout cas…

www.ludesco.ch. De CHF 0.- à 15.- pour le week-end entier.

Bénévoles, faites vos jeux !

Ludesco cherche des bénévoles pour le festival (benevoles@ludesco.ch) ainsi que pour rejoindre son comité (info@ludesco.ch). Faites vos jeux !

La Nuit de l’horreur

Tiens ça manquait… Dans la nuit du samedi au dimanche, de 1 h à 5 h, Ludesco organise une autre première, « La Nuit de l’horreur ». Y aura-t-il des zombies ? « Je ne peux pas le dire, mais il faut être prêt à tout », répond le programmateur Simon Paratte, qui annonce des bonnes et des mauvaises surprises pour les froussard·e·s. Un conseil, habits chauds et pas dommages. Un petit calmant peut-être ? (rn)

Dans le salon bleu de l’atelier Spillmann, trois de la vingtaine d’organisateurs bénévoles : Simon Paratte (programme), Jason Huther (presse) et Noémie Pfiffner (coprésidence). (Robert Nussbaum)
Dans le salon bleu de l’atelier Spillmann, trois de la vingtaine d’organisateurs bénévoles : Simon Paratte (programme), Jason Huther (presse) et Noémie Pfiffner (coprésidence). (Robert Nussbaum)

La Nuit de l’horreur

Tiens ça manquait… Dans la nuit du samedi au dimanche, de 1 h à 5 h, Ludesco organise une autre première, « La Nuit de l’horreur ». Y aura-t-il des zombies ? « Je ne peux pas le dire, mais il faut être prêt à tout », répond le programmateur Simon Paratte, qui annonce des bonnes et des mauvaises surprises pour les froussard·e·s. Un conseil, habits chauds et pas dommages. Un petit calmant peut-être ? (rn)

Découvrez nos autres articles

Si la Marche du 1er Mars constitue un événement d’importance cantonale à la fois festif, sportif et convivial, la Mère commune sera également au