Pour y voir clair : le Centre neuchâtelois d’ophtalmologie

Anthony Picard

Le vieillissement de la population et l’augmentation du diabète accentuent les opérations de la cataracte. En Suisse, 60 000 seniors de plus de 65 ans se décident pour cette intervention qui va changer leur vie. Ce phénomène a eu pour effet de voir se multiplier les centres dédiés dans nos régions. Spécialiste du domaine, le CNO fondé en 2014 en ville de Neuchâtel et dans les murs de l’hôpital de La Chaux-de-Fonds, possède depuis 2023 ses propres locaux dans la Métropole. À la tête des centres ambulatoires, deux médecins entrepreneurs qui pratiquent avec leur équipe plus de 2 000 opérations par an pour redonner bon pied bon œil aux seniors qui veulent continuer d’y voir clair.

Originaire de Cologne, le Dr Ralf Kiel a terminé sa formation en Suisse à Fribourg, Lausanne puis Genève pour s’établir en 2007 à Neuchâtel. « Avec mon épouse yverdonnoise, nous avions décidé que le premier à trouver du travail dans le pays de l’autre déciderait de notre domiciliation. » Avant de créer le CNO, Dr Kiel a été médecin-chef à La Providence à Neuchâtel. Réputé pour ses qualités professionnelles, c’est en 2014 qu’il fonde sa société et conclut un partenariat public-privé avec le RHNe pour assurer à l’hôpital public des ressources durables en ophtalmologie. En 2005, officiant alors aux HUG, il rencontre Bertrand Pilly, son futur associé. Celui-ci n’a pas connu le dépaysement. « Avec mes origines neuchâteloises, déplacer mes activités professionnelles n’a présenté aucune difficulté », souligne ce fils de Chaux-de-Fonnier. Questions-réponses à ces médecins-pratiquants.

Les spécialités du CNO ?
Le CNO est le centre de référence cantonal pour l’ophtalmologie et l’ophtalmo-chirurgie. Outre la cataracte, le centre prend en charge, opère et pratique des injections intravitréennes pour des soucis liés à l’œil (glaucome, rétine, ptérygion, paupière, orbite, strabisme).

Opération de la cataracte : qui est le patient type ?
De plus en plus, une génération de patients aux cheveux blancs, très active et soucieuse de rester connectée. L’âge moyen de cette population a d’ailleurs tendance à diminuer en raison d’exigences visuelles toujours plus hautes.

Coût de l’intervention ?
Comme toute autre intervention chirurgicale, l’assurance maladie de base couvre les frais d’opération de la cataracte, une des rares interventions forfaitisées dans le Tarmed, pour environ       CHF 2 000.- par œil.

Quid des effets secondaires ?
Dans la majorité des cas, le patient remarque temporairement une sensibilité exacerbée à la lumière. Dans le cas des implants multifocaux, certains patients présentent des halos lumineux qui peuvent être gênants.

Après 45 ans, un patient opéré pour corriger sa myopie devra-t-il porter des lunettes pour lire ?
Oui, à partir d’un certain âge et pour toute personne, le cristallin perd de sa souplesse et la netteté ne peut se faire qu’à une seule distance, il s’agit de la presbytie.

Myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie : tout s’opère ?
Oui, chez des patients plus jeunes grâce aux opérations de laser cornéen. Pour les patients plus âgés ou lors de grandes corrections, on privilégiera la pose d’une lentille intraoculaire associée ou non à l’ablation du cristallin.

Les greffes du globe oculaire ?
Sur ce point, la recherche n’en est qu’à ses débuts mais les progrès techniques obtenus en matière de greffe partielle de la cornée présentent d’excellents résultats.

Et pour le glaucome et la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ?
À son stade initial, le glaucome peut être freiné par un traitement au laser ou l’instillation de gouttes pour maîtriser la pression oculaire. Parfois, il est toutefois nécessaire de recourir à une intervention pour créer un canal de drainage alternatif. Pour la DMLA, il n’existe pas de traitement chirurgical ; en revanche la forme sèche peut bénéficier d’un traitement au laser. Pour les formes humides de la maladie, elles sont traitées par des injections d’anticorps dans l’œil.

 

 

Attention aux écrans

À la question de savoir si une surexposition à la lumière bleue émise par les LED va péjorer la vue des jeunes en particulier, les spécialistes répondent… en partie. « Le recul n’est pas encore suffisant. En revanche, les troubles du sommeil provoqués par le décalage ou la suppression de sécrétion de mélatonine sont fréquents et entraînent un endormissement retardé ou des nuits perturbées. Ce qui est inquiétant chez les 15-20 ans, c’est l’augmentation de la proportion de celles et ceux qui prennent de la Ritaline, des anti-dépresseurs ou des somnifères », phénomène en rapport avec un sommeil perturbé.

Attention aux écrans

À la question de savoir si une surexposition à la lumière bleue émise par les LED va péjorer la vue des jeunes en particulier, les spécialistes répondent… en partie. « Le recul n’est pas encore suffisant. En revanche, les troubles du sommeil provoqués par le décalage ou la suppression de sécrétion de mélatonine sont fréquents et entraînent un endormissement retardé ou des nuits perturbées. Ce qui est inquiétant chez les 15-20 ans, c’est l’augmentation de la proportion de celles et ceux qui prennent de la Ritaline, des anti-dépresseurs ou des somnifères », phénomène en rapport avec un sommeil perturbé.

Découvrez nos autres articles

La saison printanière débute en ville du Locle et aux Brenets. Les espaces publics se couvrent de terrasses, que ce soit sur la place