Capitale culturelle suisse 2027 : feu vert du jury… si le financement suit

La candidature de La Chaux-de-Fonds est approuvée. Sous réserve. Des apports financiers fiables restent à prouver

Le jury national mis en place par l’association CCS s’est réuni hier jeudi dans la Métropole horlogère. Il a approuvé la candidature chaux-de-fonnière (CCS2300), en émettant une réserve de taille : elle concerne sans surprise le « financement fiable encore à prouver », auprès de la ville de La Chaux-de-Fonds et du canton de Neuchâtel. Jean Studer, président de l’association La Chaux-de-Fonds CCS (CCS2300), n’en a pas moins accueilli la décision du jury avec enthousiasme : « Les qualités de la ville candidate et l’attractivité du projet ont été bien compris. Et le jury nous a fourni de multiples pistes. »

Cinq points gagnants
Les dix membres du jury, des scènes culturelle et économique du pays, se disent convaincu par l’approche intégrale et inclusive du projet. Cinq points ont porté.

• La palette culturelle très diversifiée et les institutions renommées de La Tchaux : le TPR, la Plage, ses Musées et sa scène alternative.
• La volonté forte de s’associer avec les acteurs et manifestations culturelles aussi en dehors de la région pour créer un engouement national.
• L’urbanisme horloger inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, le théâtre à l’italienne de « L’Heure bleue », la Salle de Musique, le Temple allemand, la Maison Blanche du Corbusier ou encore les Anciens Abattoirs requalifiés, futur centre névralgique de la manifestation, sont des icônes indissociables de la future capitale.
• L’intégration du projet CCS2300 dans la mue que va vivre la ville ces prochaines années, améliorant la mobilité, l’attractivité de quartiers et d’espaces tels que la place du Marché.
• Le souci de l’inclusion tant au niveau culturel que social pour rendre la manifestation accessible et intéressante pour tout le monde, avec la participation active des associations et des actrices et acteurs culturels locaux comme indéniable atout. (comm-Le Ô)

La promesse de la ville et du canton

Le conseiller d’État Alain Ribaux, et le conseiller communal Théo Bregnard l’ont promis au jury. L’effort pour inscrire dans l’histoire de la Suisse cette première, avec un rôle précurseur va s’intensifier. Le Grand Conseil et le Conseil général devront encore approuver leurs contributions financières cet automne, de même pour ce qui est de la contribution de Berne. Vu les perspectives des contributions du secteur privé et la reconnaissance dans le message culture 2025-2028 du Conseil fédéral, nous sommes confiants », note Alain Ribaux. « CCS2300 est un projet culturel, mais aussi économique, urbanistique et social, qui va révéler le dynamisme de notre ville », se réjouit Théo Bregnard.

Daniel Rossellat, président du jury et de l’association CCS, a annoncé la prochaine ouverture des candidatures pour 2030 et 2033.

La promesse de la ville et du canton

Le conseiller d’État Alain Ribaux, et le conseiller communal Théo Bregnard l’ont promis au jury. L’effort pour inscrire dans l’histoire de la Suisse cette première, avec un rôle précurseur va s’intensifier. Le Grand Conseil et le Conseil général devront encore approuver leurs contributions financières cet automne, de même pour ce qui est de la contribution de Berne. Vu les perspectives des contributions du secteur privé et la reconnaissance dans le message culture 2025-2028 du Conseil fédéral, nous sommes confiants », note Alain Ribaux. « CCS2300 est un projet culturel, mais aussi économique, urbanistique et social, qui va révéler le dynamisme de notre ville », se réjouit Théo Bregnard.

Daniel Rossellat, président du jury et de l’association CCS, a annoncé la prochaine ouverture des candidatures pour 2030 et 2033.

Découvrez nos autres articles

L’ascension fulgurante de la verte Ilinka Guyot Depuis le 27 juin, Ilinka Guyot occupe les fonctions de cheffe du dicastère de la jeunesse, des
Réalisée grâce au travail d’un collectif provenant de bénéficiaires de l’aide sociale, l’œuvre vient d’être présentée à un public venu en nombre dans l’atelier