Les écoliers du parc Gallet ont planté leur arbre

Giovanni Sammali

Pelles en main, ils ont travaillé pour leur merisier. Ils le verront grandir depuis leur classe. Récit

« Je suis hyper contente d’avoir pu planter cet arbre cette année car certains des élèves vont quitter la classe pour passer en 3e .» Marie Guinand tenait à boucler l’opération avant les vacances d’été. La vente au marché des dessins que ses élèves ont réalisés avec l’aide de l’illustratrice Catherine Louis, avait rapporté 1950 francs. De quoi replanter un bel arbre dans le parc Gallet dévasté par la tempête de juillet dernier.

Au final, l’arbre a été planté dans l’enceinte de la piscine, avec l’aide des services de la ville. « Il est visible depuis le parc et surtout depuis l’école ! Les élèves ne seront pas obligés d’entrer dans la piscine pour l’admirer. Je leur ai dit qu’ils pourront venir le voir grandir et venir le montrer à leurs enfants si ils en ont un jour. »

Le mardi 28 mai au matin, toute la classe a pu participer. « Chaque enfant avait sa petite pelle en main. Ils ont creusé tous en même temps. Une belle satisfaction pour eux. »

Un moment symbolique empreint d’émotion et de jolies anecdotes. « Michaël a apporté une ceinture avec un petit kit de montage : un petit râteau et une petite pelle. »

Quand la maîtresse a expliqué que l’arbre était un merisier, appelé aussi cerisier des oiseaux, « ils ont eu de la peine à se mettre le nom merisier dans la tête ». Capucine a trouvé une astuce : « Ce sera donc l’arbre pour les oiseaux. On ne pourra même pas manger les cerises, mais les oiseaux seront contents ! »

Le mot de la fin à Siméon, dans un gros soupir de satisfaction : « On a bien travaillé ! »

 

Découvrez nos autres articles

L’ascension fulgurante de la verte Ilinka Guyot Depuis le 27 juin, Ilinka Guyot occupe les fonctions de cheffe du dicastère de la jeunesse, des
Réalisée grâce au travail d’un collectif provenant de bénéficiaires de l’aide sociale, l’œuvre vient d’être présentée à un public venu en nombre dans l’atelier