Camp scout national : rendez-vous dans 14 ans !

Eloïse Chanel
Responsable groupe scouts Chimborazo

Pour mon dixième camp, j’ai pu participer au camp fédéral Mova regroupant 30’000 scouts pendant deux semaines dans la Vallée de Conches. Deux ans de préparation, à essayer de comprendre comment fonctionnerait un camp avec autant de personnes au même endroit, à s’imaginer les tonnes de pain nécessaires, à recevoir les consignes pour les constructions, les temps de douches, tout en se demandant si ça serait aussi bien que nos petits camps habituels.

Après l’avoir vécu, je peux dire « Oui, ça valait la peine ». J’ai pu revoir des amis de longue date. Rencontrer de nouvelles personnes. Rire de nos voisins suisses alémaniques qui nous réveillaient à 6h45 un matin de grasse mat’. Partager avec les enfants. Participer aux cérémonies avec 30’000 personnes entonnant la chanson du camp. Plein de souvenirs auxquels je repense déjà avec nostalgie après quelques jours, toute seule dans ma chambre.

Surtout, j’ai réalisé encore une fois que les scouts m’ont énormément appris et m’apprennent encore. J’ai pu gérer des projets, créer des activités, apprendre à me débrouiller pour allumer un feu, construire une tente. J’ai appris à participer à la vie d’un groupe, à communiquer avec différentes personnes et à gérer des situations de crises.

Je crois qu’en résumé, pendant 10 ans, j’ai appris des autres scouts. Là, je transmet une grande partie aux autres et j’espère qu’ils transmettront toutes ces compétences sociales et techniques à nouveau. Et j’ai hâte de vivre encore plein d’autres aventures et pourquoi pas encore un camp fédéral dans 14 ans avec une autre fonction !

 

Découvrez nos autres articles

Même si le débat entre politiques et spécialistes du domaine de la santé a montré la difficulté de s’attaquer aux coûts plutôt qu’au financement