Umber : un voyage au cœur du métal

Jpz – Comm

Ils sont quatre. Leur groupe, formé au Lycée, sort son premier album. Vernissage le 3 décembre.

Through the Mindscape, que l’on peut traduire comme « à travers le paysage de l’esprit », c’est le premier album du groupe de métal chaux-de-fonnier Umber. Un concept-album instrumental ponctué de plusieurs monologues, qui raconte l’histoire d’une personne piégée dans sa propre tête à la suite d’un accident. Et c’est là que le titre de l’album, auto-produit, depuis la composition au mixage, en passant par l’enregistrement et la publication, prend tout son sens. L’accidenté va explorer ses paysages mentaux et redécouvrir sa vraie identité à travers ce voyage musical.

Un voyage – par moment violent et puissant, puis contemplatif et magnifique –, c’est ainsi que se définit le groupe. Fondé d’abord par trois lycéens : Colin Humair à la guitare, Léo Sandoz aux claviers, et Alfio Laini à la batterie, sous le nom de Spark Inside. 

Ce premier groupe, orienté rock progressif, et à travers lequel ils forgent leur identité musicale et entament leur carrière de scène, sera dissout à leur départ pour des hautes écoles de musique de Lausanne, Lucerne et Bâle. Les liens et leur complicité musicale les réuniront en 2020 pour un nouveau projet. 

Cette fois-ci de métal progressif, inspiré des groupes tels que Haken ou Caligula’s Horse, pour les connaisseurs ! Rejoint par Jean-Noël Gos à la basse, un collègue d’étude d’Alfio à Bâle, Umber est né. 

Après un passage notamment à Festi’Bee en 2021 ou encore au Local Fest 2022 à la Case à Chocs, ils sortent leur premier album ce vendredi, avec le soutien du Parlement des Jeunes de la ville et la Jugendkultur Abteilung du canton de Bâle. Un concert vernissage « au chapeau » est prévu le 3 décembre à L’Entourloop Bar dès 21 h.


Un coup d’œil sur l’album ? 
youtube.com/watch?v=iKotzdCgu-I 

Colin Humair, Léo Sandoz, Jean-Noël Gos et Alfio Laini (de g. à dr.). (Photos : Elisa Lüthi)
Colin Humair, Léo Sandoz, Jean-Noël Gos et Alfio Laini (de g. à dr.). (Photos : Elisa Lüthi)

Découvrez nos autres articles

Etudiant à l’ECAL, il réalise 20300 BLUES dans sa ville. Un décor à ciel ouvert. Notre ville et son urbanisme horloger offrent des scènes