La Fondation Sandoz honore une sociologue

Igor Chlebny, UniNE

Professeure assistante à l’Institut de sociologie, Núria Sánchez Mira a reçu une bourse de la Fondation Philanthropique Famille Sandoz (FPFS). La lauréate étudie les effets de la digitalisation sur les inégalités de genre dans le marché du travail et dans les ménages, ainsi que sur la vie quotidienne des familles.

 

– A quoi servira ce soutien financier ?

– Je m’intéresserai en premier lieu aux effets de la digitalisation sur les emplois du temps et les frontières entre différentes sphères de vie, professionnelles ou privées. Les employé-e-s bénéficiant d’une autonomie du temps de travail, plutôt que de travailler moins, travaillent souvent plus dur et plus longtemps. Cependant, nous savons très peu sur la façon dont ce débordement d’exigences affecte les autres membres de la famille.

 

– Autre centre d’intérêt : la famille post-séparation…

Il s’agira de voir comment les outils numériques peuvent aider ou non les familles ayant vécu une séparation à améliorer les relations parent-enfant et de coparentalité, ainsi que les liens familiaux plus larges. Une contribution originale sera d’analyser le point de vue des jeunes enfants dans l’utilisation de ces outils pour gérer la relation avec leurs parents séparés.

 

– Sans oublier un troisième axe…

– Il concerne les effets sur les inégalités de genre dues à la succession de crises économiques et sociales qu’ont subi nos sociétés lors des dernières décennies. Je pense notamment à la Grande Récession initiée en 2008, la pandémie du Covid-19, et la crise du coût de la vie qui commence à se dessiner.

 

 

Bio express

Après son doctorat en sociologie décerné par l’Universitat Autònoma de Barcelona, Núria Sánchez Mira fut première assistante à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lausanne, avant de rejoindre l’Université de Neuchâtel comme professeure assistante en 2022.

Découvrez nos autres articles