« En décembre, on a économisé un tiers de l’éclairage »

Robert Nussbaum

Au sortir de l’hiver, Patrick Herrmann tire le bilan des restrictions énergétiques promulgués en automne dernier

Le printemps pointe le bout de son nez. L’occasion de prendre le pouls des mesures d’économie décrétées l’automne passé. Le conseiller communal chaux-de-fonnier Patrick Herrmann, en charge des énergies et de la voirie, répond à nos questions.  

– Patrick Herrmann, quelle est la température dans votre bureau aujourd’hui ? 

– Normalement, elle est à 20°. Mais je n’ai pas de thermomètre pour le prouver… Avec la bise en face de la fenêtre de mon bureau, il me semble qu’il fait moins que la température recommandée.  Mais j’ai une jaquette au cas où… 

 

– Ma fille, qui est scolarisée à Numa-Droz, dit qu’en classe, elle n’a pas froid, sauf quand le prof vient d’ouvrir les fenêtres. Les écoles font-elles beaucoup d’économies d’énergie ? Et les autres bâtiments communaux ? 

– Normalement, le Service des bâtiments règle le thermostat de manière à suivre les recommandations cantonales. 

 

– La Ville de La Chaux-de-Fonds a-t-elle fait plus ou moins que ces dix recommandations cantonales ? 

– On a fait tout ce qui était demandé. Avec les petites exceptions d’une ville. Neuchâtel par exemple a gardé son hyper-centre éclairé. Et nous, les vendredis et samedis, on n’éteint l’éclairage public qu’à deux heures du matin, pour que les établissements publics puissent vivre, surtout après le covid. 

 

– Deux fois ces derniers temps, j’ai remarqué que l’éclairage du centre sportif de la Charrière était allumé en fin d’après-midi, alors qu’il faisait encore jour… 

– Je ne suis pas vraiment au courant (!) ce n’est pas mon dicastère. Je suppose que certains réglages fins sont délicats. Mais si cela reste allumé la nuit, c’est l’oubli d’un concierge ou d’un club sportif.  On intervient derrière. 

 

– Pour ceux qui travaillent au petit matin, comme le samedi, sortir la nuit noire, c’est une expérience étrange, qu’en dites-vous ? 

– Je n’ai reçu que deux ou trois mails de personnes qui se plaignaient. Des gens que je peux parfaitement comprendre, comme cette mère d’une jeune apprentie en boulangerie qui commence à trois heures du matin. Mais cela n’aurait pas de sens de tenir compte de toutes les exceptions. En fait, nous sommes satisfaits de l’extinction de l’éclairage nocturne, comme les autres communes du canton. La sécurité publique et la voirie ont été équipées de petites lampes individuelles pour être visible et pouvoir travailler dans le noir.  

 

– N’y a-t-il pas eu plus d’agressions dans la nuit ? 

– En termes de sécurité publique, les statistiques de police tendent à prouver qu’on est dans une année calme. Je ne tire pas de relation de cause à effet liée à l’extinction de l’éclairage, mais c’est sûr qu’il n’y a pas eu plus d’agressions cette année. Au niveau sécuritaire, je dirais que la situation dans les Montagnes, c’est quasi le paradis ! Touchons du bois… 

 

– Côté voirie, avez-vous idée de quelle sera la facture pour le déneigement, après un hiver somme toute clément ? 

– Non. Mais le voyer-chef Bekir Omerovic dit déjà qu’on a pulvérisé le record du peu de chutes de neige. 

 

– Peut-on déjà, à la veille du printemps le 21 mars, chiffrer l’impact des mesures prises en terme d’économies d’énergies ? 

– Je n’ai pas les chiffres de janvier et février, mais j’ai ceux de décembre. En terme de consommation en kW/heure pour l’éclairage, on est pratiquement un tiers en-dessous. Par contre, sur les factures, on n’économise, pour décembre, que 7500 francs. 

 

– Cela dit, comme Viteos applique cette année 52% d’augmentation de ses tarifs en tout cas pour les ménages, la facture devrait quand même grimper sèchement, non ? 

– On n’a pas encore fait les calculs. Mais nous avons budgété 25% de plus que l’année passée pour les dépenses énergétiques, pas seulement l’électricité. Cela dit, les prix de l’électricité par exemple, sont en net reflux. Les prix sont montés par rapport à 2021, mais ils sont maintenant bien plus bas qu’à l’automne 2022.  

 

– La Ville de La Chaux-de-Fonds est un des gros actionnaires de Viteos, qui est en mains publiques. Ne va-t-elle pas finalement s’y retrouver avec les dividendes ? 

– Non, la Ville de La Chaux-de-Fonds ne va pas recevoir de dividendes supplémentaires. Nous avons plutôt budgété une baisse. 

 

– Une question à laquelle vous auriez eu envie de répondre ? 

– Je dirais juste dire que, de manière générale et contre toute attente, on sort du covid et des problèmes d’approvisionnement divers avec une économie qui va bien. Les craintes que l’on a eues l’année passée s’éloignent. Actuellement, tout va bien.  

Président de la Ville jusqu’en juin, le conseiller communal Patrick Herrmann considère que, contre toute attente, tout va plutôt bien. (Photo : jpz)
Président de la Ville jusqu’en juin, le conseiller communal Patrick Herrmann considère que, contre toute attente, tout va plutôt bien. (Photo : jpz)

Découvrez nos autres articles

Si la Marche du 1er Mars constitue un événement d’importance cantonale à la fois festif, sportif et convivial, la Mère commune sera également au