YES, mon rêve d’entrepreneur…

Je m’appelle Dylan Frascotti, j’ai 17 ans, et mon rêve s’est enfin réalisé. Depuis tout petit, quand je n’avais encore que 8 ans, je me lançais déjà dans la vente et les affaires à la Fête de Mai.

Entretemps, mon père Frédéric Jouvenot a lancé sa propre entreprise de montres et je l’ai suivi chaque année dans les différents salons d’horlogerie auxquels il participait et je dois dire que j’étais émerveillé par le monde dans lequel il travaillait.

Quand je suis arrivé au lycée Blaise-Cendrars, j’ai rencontré deux personnes qui avaient la même ambition que moi : créer une entreprise. Nous voulions lancer une marque de vêtements et avons commencé à lever des fonds et à créer nos produits, mais malheureusement la fin de l’année approchait à grands pas.

C’est finalement le lycée qui nous a présenté le projet YES (Young Enterprise Switzerland), un programme qui vise à former les jeunes dans le monde de l’entrepreunariat. Il remplace notre travail de maturité et j’ai rapidement compris l’opportunité qu’il pouvait offrir. Non seulement vous êtes à la tête d’une vraie entreprise pendant un an avec vos camarades, mais vous vous créez un immense réseau professionnel qui sera bénéfique pour votre futur.

En tant que CEO c’est beaucoup de responsabilités. Il faut coordonner toute l’équipe, prendre en compte les avis de tout le monde, téléphoner et aller à la porte des producteurs, fournisseurs et chefs d’entreprise, et gérer les imprévus répétitifs qui vont avec. Ce n’est vraiment pas tout simple mais ça en vaut la peine. Cela montre un autre monde qui est celui du travail, et je trouve formidable que des étudiants comme nous puissent voir ça.

Lire Le Ô du 17 novembre

Découvrez nos autres articles

Si la Marche du 1er Mars constitue un événement d’importance cantonale à la fois festif, sportif et convivial, la Mère commune sera également au